Classes préparatoires aux concours d'entrée
des écoles paramédicales, sanitaires et sociales

OBJECTIFS DE LA FORMATION

  • Acquérir et développer :
  • La méthodologie des épreuves écrites et orales des concours
  • Un raisonnement logique et numérique
  • Une aptitude verbale
  • Des compétences à visée expressive
  • Des connaissances sanitaires et sociales
  • Des aptitudes personnelles
  • Une connaissance des métiers
  • Des capacités d’analyse, de concentration et de vitesse
  • Une capacité d’adaptation
  • Communiquer ses motivations et son projet professionnel

PRÉ-REQUIS

  • Soit être titulaire du Baccalauréat (ou justifier de sa possession au moment de l’entrée en formation) ou d’un titre admis en équivalence
  • Soit justifier d’une expérience professionnelle de 3 ans dans le secteur hospitalier ou médico-social (DPAS, DPAP)

MODALITÉS D’ACCÈS

  • Admission sur dossier scolaire (ou professionnel le cas échéant)
  • Entretien de motivation (selon décision du comité d’admission)
  • Comité d’admission hebdomadaire (réponse sous 5 jours ouvrés)
  • Nombre de places : classes entre 10 (minimum) et 20 (maximum)

DURÉE DE LA FORMATION

  • 7 mois
  • 420 heures de formation
  • Rentrée en septembre

LIEUX

  • Mâcon
  • Bourg-en-Bresse

MODALITÉS PÉDAGOGIQUES

  • Cours magistraux
  • QCM
  • Revues de presse
  • Travaux encadrés
  • Exposés et présentations à l’oral
  • Stages d’observation

PROGRAMME DE FORMATION

  • Culture Générale
  • Grands thèmes sanitaires et sociaux contemporains
  • Analyse de sujets d’actualité
  • Méthodologie
  • Français
  • Compétence expression écrite
  • Tests psychotechniques
  • Tests psychotechniques d’aptitude verbale
  • Tests psychotechniques d’aptitudes logiques et numériques
  • Entretien
  • Méthodologie de l’épreuve orale
  • Communiquer ses motivations et son projet professionnel
  • Simulation d’entretien
  • Connaissance du métier et de la formation en institut
  • Evaluations
  • Travaux encadrés
  • Revues de presse
  • Simulations d’entretien
  • Concours blancs (une semaine sur 2, 10 concours sur l’année)

MODALITÉS DE VALIDATION DES COMPÉTENCES

  • Contrôle continu en cours de formation
  • Concours blancs
  • Simulations d’entretien devant Jury professionnel

SANCTION DE LA FORMATION

  • Attestation de fin de formation
Responsable pédagogique : Céline LACOUR

frais de formation et modalités de règlement (année 2018/2019)

Frais de dossier

      Les frais de dossier et de sélection s’élèvent à
35 €
    . Ils ne sont pas remboursables.

Frais de formation

      Le tarif annuel est de
2 090 €
    .

Modalités de règlement

    Un acompte de 410 € est à régler au moment de l’inscription.
Le solde est à régler à la rentrée, soit :
  • en une seule fois : réduction de 85 € sur les frais de formation pour règlement comptant ;
  • en 7 fois sans frais : 7 règlements de 240 € le 5 de chaque mois, de septembre 2018 à mars 2019.

conditions d’admission en IFSI

Pour accéder à la formation d’infirmier en IFSI il vous faudra :
  • soit être titulaire du Baccalauréat (ou justifier de sa possession au moment de l’entrée en formation) ou d’un titre admis en équivalence
  • soit justifier d’une expérience professionnelle de 3 ans dans le secteur hospitalier ou médico-social (DPAS, DPAP).
Les candidats doivent être reçus aux épreuves de sélection organisées par les écoles d’infirmiers (IFSI ou Croix Rouge). La formation se déroule sur 3 ans.

épreuves et planning du CONCOURS d’entrée en IFSI

Épreuves écrites d’admissibilité

  • Une épreuve de 2 heures notée sur 20 comportant l’étude d’un texte suivi de 3 questions.
  • Une épreuve de tests d’aptitude de 2 heures notée sur 20.
Pour être admissible, le candidat doit obtenir un total de points au moins égal à 20 sur 40 aux deux épreuves. Une note inférieure à 8 sur 20 à l’une de ces épreuves est éliminatoire.  

Épreuve orale d’admission

  • Une épreuve d’entretien de 30 minutes noté sur 20 relatif à un thème sanitaire et social, destiné à apprécier l’aptitude du candidat à suivre la formation, ses motivations et son projet professionnel.
Pour pouvoir être admis en IFSI, les candidats doivent obtenir une note au moins égale à 10 sur 20 à l’entretien.
 

Le métier D’infirmier

1le métier

Nature du travail

L’infirmier effectue des soins de nature préventive, curative ou palliative pour améliorer, maintenir et restaurer la santé. Il travaille en collaboration avec l’équipe soignante et participe au projet global de soin.

L’infirmier dispense aux patients les soins sur prescription du médecin. Il n’intervient que sur son ordre et avec  son accord. En parallèle de ces fonctions, l’infirmier assure une part importante de travail administratif : gestion des dossiers, gestion des stocks de médicaments, surveillance des équipements, …mais aussi formalités d’admission des patients et rédaction des comptes rendus des visites du médecin dans le cahier des soins.

Compétences requises

Sens du dialogue, écoute, maturité, bonne santé, résistance physique, capacité d’organisation, capacité d’analyse.

2où l’exercer

En milieu hospitalier, en structure de soin ou en libéral

Les astreintes sont une des caractéristiques du métier d’infirmier. Les contraintes d’horaires dépendent du lieu d’exercice (hôpital, collège-lycée, maison de retraite, entreprise…). Dans un cadre hospitalier, le travail est organisé par rotation des équipes, les soins étant assurés 24 heures sur 24. L’’infirmier organise celui des aides-soignants placés sous sa responsabilité.

Après un temps d’exercice en qualité de salarié à l’hôpital, l’infirmier peut exercer en libéral pour tout ou partie de son temps de travail.

3carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant : 1551 euros brut par mois​​

Intégrer le marché du travail

La profession bénéficie de conditions d’accès à l’emploi très favorables. Le taux de chômage est l’un des plus faibles de tous les métiers. Près de la moitié des infirmiers nouvellement diplômés exercent dans un service public de soins et santé.

Avec une expérience professionnelle de 4 ans, l’infirmier peut préparer le diplôme de cadre de santé. Il lui est aussi possible de se spécialiser pour devenir infirmier de bloc opératoire, infirmier-anesthésiste ou infirmier-puériculteur. Après quelques années d’exercice, les infirmiers peuvent s’installer en libéral.